Le voyage du 26 mai 2023 s'est très bien déroulé sous un soleil radieux, nous avons pu visiter la parfumerie- distillerie MARTY à St Thibéry et ensuite tout le monde a pu apprécier le repas spectacle au Show biz de Magalas .

Voici la photo de groupe 

 

C’est un groupe de 51 personnes du club Lapanouse Détente qui s’est rendu ce vendredi 26 mai 2023 dans le Bitterois.

 

Au programme du matin la visite de la parfumerie de Bernard Marty à Saint Thibéry. C’est Bernard Marty qui nous reçoit dans son entreprise de 40 ans d’âge.

Nous découvrons les étapes de la distillation pour obtenir à partir de fleurs séchées des huiles essentielles qui serviront à la confection de parfums et divers produits. Les végétaux utilisés proviennent des 5 continents.

L’entreprise produit également des liqueurs, apéritifs, sirops. Ainsi certains purent s’adonner à la dégustation de petits apéritifs à base de plantes (liqueur du Larzac, liqueur des sables, liqueur de l’empereur...) pendant que d’autres choisirent des fragrances à leur goût parmi les nombreux choix possibles d’eaux de parfum.


Puis direction Magalas où nous attend le cabaret Music-hall Le SHOW BIZZ. Dans ce cabaret se mêlent alors le charme de tous nos sens.

Les papilles gustatives sont enchantées par un délicieux repas, pendant lequel les oreilles sont grand ouvertes pour écouter de belles interprétations de chants que nous connaissons tous, et dont nous reprenons parfois le refrain, et nos yeux se ravissent de la beauté et du professionnalisme des danseuses et chanteuses. Cette troupe nous a mené dans des univers très variés, avec une belle diversité de costumes et de danses, entre autres espagnoles, french cancan, cirque, charme,.. qui étaient au programme.

 

Après ce spectacle ambiancé, le retour s’est fait avec une escale à Pézenas, où chacun a eu quartier libre pour découvrir le centre de cette belle ville chargée d’histoire, et pour papoter à une terrasse de bar.

Après ce spectacle ambiancé, le retour s’est fait avec une escale à Pézenas, où chacun a eu quartier libre pour découvrir le centre de cette belle ville chargée d’histoire, et pour papoter à une terrasse de bar. Retour sans encombre, et nous retrouvons notre Aveyron avec une petite pluie rafraîchissante sur le Larzac.

Un grand MERCI à Colette et Françoise pour l'organisation de ce beau voyage 


Voyage du 10 juin 2022 à Aigues Mortes


Après 2 années de report suite à la période Covid, le voyage annuel du club de Lapanouse Détente a enfin pu se réaliser .Ce sont 61 personnes dans un bus plein à craquer et une voiture qui ont pu se retrouver au bassin d'embarcation d'Aigues Mortes pour une croisière de ¾ heures sur le Canal du Bigourdou puis le canal de Rhône à Sète .La guide Lolita nous a commenté tout au long du parcours : les belles péniches servant d'habitation, les oiseaux dans l'étang : flamands roses, hérons, cygnes, martinets .Nous avons eu une vue sur la Tour Carbonnière qui était jadis la seule porte d'entrée à la cité d'Aigues Mortes.

La Petite Camargue correspond à la partie de la Camargue située entre le Petit-Rhône et le Vidourle. Aigues-Mortes en est une porte d’entrée.

 

 

Après 2 h de trajet jusqu’à Aigues Mortes, nous attendons tranquillement au bassin d’embarcation pour monter dans une péniche « Isle de Stel » qui nous mènera au Mas de la Comtesse.

Nous arrivons au Mas de la Comtesse, où les gardians à cheval nous accueillent.

Ainsi nous découvrons le cheval de Camargue, avec sa robe presque blanche, du moins chez l’adulte.

 

Très rustique, il vit en semi-liberté dans les marais en toutes saisons, confronté aux excès d’un climat ensoleillé et torride en été, mais aussi parfois venteux, humide et froid.


Le Mas comporte une manade, c’est-à-dire un troupeau de taureaux, qui pâturent en liberté sur les marais.

Les taureaux de Camargue sont de petits taureaux rapides et combattifs, à la robe noire et aux cornes en lyre pointées vers le ciel. 

Une démonstration de tri nous est faite : au gardian l’art d’arriver à intimider le taureau qu’il doit isoler des autres et faire sortir de l’enclos .Dans les arènes, nous assistons à des jeux taurins, où les raseteurs en piste doivent traverser l’arène sans se faire encorner par les taureaux bien sûr.


Les taureaux sont élevés pour la course camarguaise, où les raseteurs défient le taureau afin d'aller chercher sur ses cornes des attributs (rubans, cocardes) à l'aide d'un crochet .Dans le jeu du bouquet, un gardian doit défendre contre un autre gardian le bouquet qu’il offrira à sa promise.

La demoiselle récompensera le cavalier de son adresse en lui donnant un baiser.

 


L'abrivado (en provençal « élan, hâte ») est la conduite des taureaux depuis les pâturages jusqu'aux arènes. Afin de faire ce trajet sans incident, ils étaient encadrés par une dizaine de cavaliers. Nous avons pu voir comment les taureaux sont canalisés par les chevaux disposés selon une formation en V.

Après cela, c’est l’heure de l’apéritif où la sangria est accompagnée d’une brasucade de moules. L'ambiance est chaleureuse.

Au menu du repas , taureau …de Camargue (classé AOP pour sa viande) , riz ….de Camargue, et vin ... de Camargue.

 

Tout cela animé par un groupe gypsie aux rythmes endiablés .Les convives s’en donnent à cœur joie de frapper dans leurs mains au rythme de cette musique joyeuse.

La photo de groupe n'a pu être réalisé car je n'ai pas trouvé d'endroits propices à prendre convenablement un groupe de plus de soixante personnes aussi avec Jackie nous vous proposons un tour de table.


Mais il faut déjà remonter dans le bateau qui nous ramènera à Aigues-Mortes. L’arrivée se fait face à la tour de Constance , incluse dans les remparts d’Aigues-Mortes. Une petite visite de cette cité médiévale s’impose, avant le trajet retour sur Lapanouse.

Michel, notre chauffeur, a 50 ans aujourd’hui. Ca vaut bien une petite chanson. Quant à Michel (non, pas le chauffeur !), il nous joue d’agréables petits airs d’harmonica, qui contribuent à donner à cette journée un cachet inoubliable.